Scolarisation obligatoire dès 3 ans  : Affirmer le droit pour tous à une école de qualité

Mardi 27 mars 2018, le Président de la République, Emmanuel MACRON, a ouvert les Assises de la maternelle en annonçant l’abaissement de l’âge de l’instruction obligatoire à 3 ans à partir de la rentrée 2019 devant 400 membres et partenaires de la communauté éducative, Jean-Michel Blanquer, Ministre de l'Éducation Nationale et le neuropsychiatre Boris Cyrulnik. 

Depuis les lois Jules Ferry de 1882, la scolarisation obligatoire n’a pas varié et est fixée à l’âge de 6 ans. Le système éducatif Français a connu 3 étapes d’allongement de la scolarité obligatoire, progressivement portée de 12 à 16 ans révolus (1882 - 13 ans; 1936 - 14 ans; 1959 - 16 ans).

Avec une moyenne de 97% des enfants de 3 ans déjà scolarisés aujourd’hui, cette annonce prend en compte les inégalités territoriales de scolarisation des moins de 6 ans : environ 25 000 enfants ne la fréquentent pas. Ainsi, 70 % des enfants d’âge maternel seulement sont scolarisés dans certains départements d’Outre-mer (tels que la Guyane et Mayotte), interrogeant la question de l’égalité des chances sur le territoire national.

Abaisser à 3 ans l’âge obligatoire de l’entrée à l’école n’est-elle qu’une mesure symbolique, pour conforter l’école maternelle alors même que certains semblaient craindre à terme sa remise en cause ?

C’est surtout reconnaître l’importance décisive des premières années de vie pour les apprentissages, une valorisation et une reconnaissance des enjeux de l’école maternelle dans la vie du jeune enfant. L’école maternelle est confortée pour tous comme un lieu d’épanouissement, d’acquisition du langage, de l’apprentissage de l’altérité,  et non comme un simple mode de garde ou une préparation à l’école élémentaire.

Pour garantir cette école maternelle accueillante, exigeante, bienveillante, des ambitions doivent être confirmées  : le nombre d’enfants par classe pour répondre aux besoins spécifiques du jeune enfant, des formations adaptées pour tous les acteurs éducatifs (enseignants, ATSEM, animateurs, ..), le soutien  des projets de qualité initiés sur les territoires pour la scolarisation des enfants de 2 ans, la place et l’accompagnement des familles à sans cesse interroger et légitimer au sein des écoles …  

L’obligation scolaire, c’est surtout le droit pour tous les enfants d’être accueillis, accompagnés, instruits, dans une école de qualité, par des professionnels formés, de haut niveau, intervenant sur l’ensemble des aspects constitutifs d’une émancipation des individus.  L’ANDEV souscrit avant tout à l’obligation de la qualité de l’enseignement pour favoriser la réussite de tous.

Au titre de notre engagement pour l’éducation des enfants et des jeunes, l’ANDEV participera demain à la réflexion sur la co-éducation. Nous confirmerons au Ministre l’implication et le rôle éducatif des collectivités locales dans les enjeux d’épanouissement et d'apprentissage qui se jouent à cet âge, la nécessité de coordonner et de consolider les interventions des acteurs éducatifs sur tous les temps : scolaire, péri et extra scolaires pour servir l’intérêt de l’enfant, et tout particulièrement les plus fragiles d’entre eux.

 



Horaire : 27/03/2018 à 20:00 - 27/03/2018 à 20:00